fonction jungienne

Articlef4

Article F4 : Comment utiliser le MBTI pour son développement personnel - Partie 1

Avant-propos

Selon Wikipédia : "Le développement personnel représente un ensemble hétéroclite de courants de pensées et de méthodes ayant pour objectif l'amélioration de la connaissance de soi, la valorisation des talents et potentiels, l'amélioration de la qualité de vie, la réalisation de ses aspirations et de ses rêves".

 

Nous, êtres humains des pays développés, n'avons plus besoin d'utiliser la plus grosse partie de notre énergie pour être en sécurité physique (avoir un toit, à manger et à boire) et en sécurité financière (avoir un emploi stable). Nous pouvons désormais utiliser notre énergie à essayer de vivre mieux. Vivre mieux, c'est très vague, c'est pour cela que les auteurs de l'article Wikipédia ont donné des exemples, et il se trouve que ces exemples sont parfaits pour illustrer ce que peut apporter le MBTI dans cette démarche :

- connaissance de soi : c'est la promesse numéro 1 du MBTI

- la valorisation des talents et potentiels : cela découle immédiatement de la connaissance de soi, et le MBTI apporte de nombreuses pistes

- l'amélioration de la qualité de vie : cela découle de la meilleure utilisation de ses talents et du développement de ses potentiels

- la réalisation de ses aspirations et de ses rêves : ok, bon, alors là on part assez loin, mais en effet s'il fallait un objectif final pour le développement personnel ce serait celui-là ;-)

 

J'ai décidé d'ouvrir ce blog dans l'idée que chacun d'entre nous puisse se rapprocher de cet objectif (apprendre à se connaitre, tirer le meilleur parti de ses qualités et apprendre à limiter la casse sur ses défauts, etc.) et je suis persuadée que nous pouvons tous y arriver.

Aucun besoin d'avoir un bac plus 5 en psychologie pour comprendre le MBTI, même si le vocabulaire peut avoir tendance à rebuter au premier abord. Il suffit d'une volonté de mieux se comprendre et de progresser.

Et pour cela, voici la recette ! (enfin, la première partie...)

 

Articlef4 pintimage

 

Etape 1 : Déterminer son type

Pour déterminer son type officiellement, il faut réaliser un test de personnalité par une personne certifiée par l'organisme central du MBTI. Cela est coûteux, et nécessite de sortir de son canapé. Heureusement des alternatives existent :)

Pour vous aider, j'ai fait une comparaison de plusieurs tests en ligne en français ici, j'espère que vous y trouverez votre bonheur.

J'envisage aussi à plus ou moins long terme de proposer des rencontres physiques pour typer les personnes que cela intéresse. Vous aurez plus d'infos dès que je prendrai le temps de mettre en place ces sessions !

Lorsque vous aurez lu le résultat du test, et que vous aurez vos 4 lettres représentatives, il vous faudra prendre le temps de confirmer votre type en lisant quelques descriptions (également disponible dans l'article lié ci-dessus).

 

Etape 2. Identifier et accepter ses qualités et ses défauts

Chaque type MBTI a ses points forts et ses points faibles. Si vous souhaitez vous améliorer, il est nécessaire de vous poser quelques questions pour chacun d'entre eux et d'y répondre avec le plus d'honnêteté possible :

- Est-ce que ce point fort supposé pour mon type est effectivement un point fort chez moi ? Dans quelles situations m'en suis-je servi, et quel a été le résultat ? Dans quelles situations difficiles actuelles pourrais-je l'utiliser pour améliorer la situation ? Comment ?

- Est-ce que ce point faible supposé pour mon type est effectivement un point faible chez moi ? Dans quelles situations s'est-il manifesté ? En quoi est-ce que cela m'a desservi ? Dans quelle situation difficile actuelle ai-je eu l'occasion de l'utiliser ? Comment pourrais-je arrêter d'en faire usage ?

 

- Articles ci-dessous à venir sous "peu" : un peu de patience, voyons ;-) ! -

Points forts et faibles des INTP

Points forts et faibles des ENTP

Points forts et faibles des ISTP

Points forts et faibles des ESTP

Points forts et faibles des INFP : clic à venir

Points forts et faibles des ENFP : clic à venir

Points forts et faibles des ISFP

Points forts et faibles des ESFP

Points forts et faibles des INTJ

Points forts et faibles des ENTJ

Points forts et faibles des ISTJ : clic à venir

Points forts et faibles des ESTJ : clic à venir

Points forts et faibles des INFJ : clic à venir

Points forts et faibles des ENFJ : clic à venir

Points forts et faibles des ISFJ : clic à venir

Points forts et faibles des ESFJ : clic à venir

 

Maintenant que vous avez identifié vos points forts et vos points faibles, il vous faudra sûrement un peu de temps pour assimiler ces éléments. Les points forts ont leur place entière dans votre histoire, dans votre personnalité, dans cette fiche résumée que vous vous faites de vous-même voire que vous présentez aux autres.

Prenez le temps chaque matin pendant quelques jours de vous rappeler vos points forts, et de voir comment vous pourriez les utiliser dans la journée qui arrive. Rappelez-vous aussi de vos points faibles et voyez où ils pourraient pointer le bout de leur nez dans la journée. Cette anticipation vous permettra de beaucoup mieux gérer leur apparition et de conscientiser leurs impacts positifs et négatifs en temps réel. Et donc de progresser dans leur maitrise.

 

Quand vous aurez réussi à assimiler et assumer ces points forts et ces points faibles (cela peut prendre un peu de temps), vous pourrez passer à l'étape suivante.

 

Etape 3. Développer sa fonction dominante

On a beau utiliser sa fonction dominante depuis le plus jeune âge, il est rare qu'on en tire tous les bénéfices. Une fonction jungienne est un ensemble complexe de mécanismes cérébraux, et il est utile de voir quelle est l'étendue de ses pouvoirs pour l'utiliser au mieux.

On peut déterminer 3 grands axes pour chaque fonction jungienne. Pour chacun d'entre eux, je vous recommande de vous auto-évaluer avec honnêteté pour identifier ceux que vous maitrisez déjà bien et ceux qu'il reste à améliorer. Ensuite viendra l'heure des exercices pratiques !

Développer sa fonction dominante reste plutôt simple car cela n'engendrera pas de remise en cause personnelle (contrairement aux autres), et vous permettra de tirer plus de bénéfices de votre mode de fonctionnement habituel. Il n'y a aucun risque à vous lancer, faites le dès maintenant ;-)

 

- Articles par fonction à venir sous "peu" : un peu de patience, voyons ;-) ! -

Fonction dominante Fi (INFP et ISFP) : clic à venir

Fonction dominante Fe (ENFJ et ESFJ) : clic à venir

Fonction dominante Ti (INTP et ISTP) : clic à venir

Fonction dominante Te (ENTJ et ESTJ): clic à venir

Fonction dominante Ni (INTJ et INFJ) : clic à venir

Fonction dominante Ne (ENTP et ENFP) : clic à venir

Fonction dominante Si (ISTJ et ISFJ) : clic à venir

Fonction dominante Se (ESTP et ESFP) : clic à venir

 

Je prévois aussi un article complémentaire (la partie 2) pour les étapes 4 et 5, qui sont respectivement : développer sa fonction auxiliaire et développer sa fonction tertiaire.

 

Le mot rassurant de la fin

Travailler sur soi-même est un processus très long, et qui peut être éprouvant émotionnellement. C'est une initiative qui se prend en réfléchissant sur la base des bénéfices que vous pouvez tirer et des efforts que vous êtes prêts à faire pour être plus à l'aise avec votre véritable identité. Et par conséquent plus à l'aise avec les autres.

Je vous donne ici des pistes de travail, vous pouvez bien évidemment aller piocher ailleurs pour vous donner une vision plus complète de ce que vous pouvez faire. Mais ces actions sont simples et peuvent apporter des évolutions importantes dans votre ressenti, et c'est pourquoi je les mets à votre disposition ici. Ajoutez-vous un favori, envoyez-vous cet article par email, mettez-vous un rappel dans 6 mois, mais revenez-y dans quelques temps. Vous aurez sûrement avancé dans votre réflexion, même sans forcément en avoir pris conscience, et vous lancer dans ces exercices vous semblera probablement beaucoup moins difficile que maintenant.

 

Bonne réflexion, et belle progression à venir !

Comme toujours, les commentaires vous sont ouverts si vous avez des questions.

Noun less steps 117638par Béryl H.-D.

Articlef1

Que sont les fonctions jungiennes et quelle est leur importance ?

Avant-propos

Dans la théorie du MBTI, un type de personnalité représente un mécanisme de la pensée qui associe une manière de percevoir le monde et une manière de faire des choix, rien de plus.

Ces deux actions sont fondamentales dans la vie d'un être humain et permettent de déterminer de manière assez puissante quels seront, pour chaque individu, sa manière d'aborder les interactions sociales, d'aborder un choix moral, d'aborder la planification de tâches professionnelles ou de loisirs, d'aborder la manière de se ressourcer, etc. En bref, sa manière de fonctionner. Cela a un impact sur sa manière d'être plus globalement.

Notez que les types de personnalité ne définissent en rien les goûts personnels ou les valeurs morales de l'individu : ce sont des choix (plus ou moins conscients) qu'il fait par lui-même et qui sont indépendants de son mécanisme de pensée, et donc de son type de personnalité MBTI. C'est notamment ce qui fait que toutes les personnes d'un même type peuvent être très différentes en pratique (je reviens plus longuement sur ce point dans cet article).

 

Articlef1 pintimage1
 

Fonction jungienne : présentation du concept

Selon les travaux de Jung (Carl Gustav Jung, médecin psychiatre suisse né en 1875), "l'âme utilise des mécanismes différents selon les individus pour fonctionner : les fonctions psychiques".

Cette notion de fonction psychique est née dans les années 1920, et a ensuite été réutilisée et approfondie par les créatrices du MBTI qui les ont renommées "fonctions jungiennes" ou "fonctions de Jung".

Il existe 2 types de fonctions jungiennes : celles qui servent à l'individu à faire des choix, appelées "fonctions de jugement", et celles qui servent à récolter de l'information (ou plus largement à apprendre), appelées "fonctions de perception". Ces fonctions peuvent reposer sur des pensées internes de l'individu (monde interne, fonction introvertie) ou sur des éléments externes à l'individu (monde externe, fonction extravertie).

Chaque individu utilise préférentiellement une fonction de jugement et une fonction de perception, et ce de manière inconsciente. Il possède forcément une de ces deux fonctions qui est introvertie et l'autre qui est extravertie.

Ces fonctions apparaissent successivement chez l'enfant, l'une dès la naissance et la seconde dans l'enfance (6-7-8 ans). La fonction qui apparait en premier s'appelle la "fonction dominante", la seconde s'appelle la "fonction auxiliaire".

Expérience : si vous avez un enfant, ou un neveu, ou un frère ou une sœur, etc. en bas âge, amusez-vous à l'observer et à identifier sa fonction jungienne préférée (oui, il vous faudra peut-être avancer un peu dans la lecture de ce site pour vous en sortir).

 

Les fonctions jungiennes en pratique

Les fonctions jungiennes sont au nombre de 8 : 4 fonctions de perception (dont 2 extraverties et 2 introverties) et 4 fonctions de jugement (dont 2 extraverties et 2 introverties).

Si la fonction dominante d'un individu est une fonction de perception, sa fonction auxiliaire sera une fonction de jugement, et vice versa si la fonction dominante d'un individu est une fonction de jugement, sa fonction auxiliaire sera une fonction de perception.

De la même manière, si la fonction dominante d'un individu est introvertie, sa fonction auxiliaire sera extravertie, et vice versa si la fonction dominante d'un individu est extravertie, sa fonction auxiliaire sera introvertie.

Par exemple, un individu qui a la fonction Si en fonction dominante pourra avoir Fe en fonction auxiliaire, mais ni Fi (les 2 fonctions seraient introverties) ni Ne (les deux seraient des fonctions de perception).

Chacune des combinaisons des deux fonctions jungiennes préférées chez un être humain permet de définir un type de personnalité. On a donc 16 types de personnalité possibles tel que défini dans le MBTI (je vous invite à dénombrer par vous-même tous les types sur la base de leurs fonctions jungiennes dominante et auxiliaire pour confirmer que vous avez bien compris les paragraphes suivants).

 

Liste des 8 fonctions jungiennes

Note importante : le vocabulaire jungien utilise des mots de la langue courante mais leur sens diffère des mots que vous connaissez (je précise la traduction anglaise pour que vous puissiez retrouver des compléments par vous-mêmes mais le problème de sens des mots reste identique en anglais !).

Par exemple, le terme "extraverti" ne signifie pas ici qu'une personne parle très fort et rit tout le temps avec n'importe qui et dans n'importe quel contexte.

Voici de manière sommaire (j'y revendrai dans des articles plus poussés) les huit fonctions psychiques identifiées par Jung.

 

Fonctions de perception

- Sensation introvertie (Si) - introverted Sensing

Cette fonction de collecte d'information repose sur la Sensation, donc sur les 5 sens, et est introvertie, donc liée au monde intérieur de l'individu.

En pratique, la sensation introvertie est une fonction qui permet à un individu de comparer les informations qu'il collecte avec ses sens à celles qu'il a récolté dans le passé : il se base donc sur sa connaissance des évènements qu'il a en mémoire et les conséquences qu'ils ont eus pour mémoriser de nouveaux éléments.

Les personnes à dominante Si sont souvent observatrices et aiment utiliser les procédures connues et éprouvées.

 

- Sensation extravertie (Se) - extraverted Sensing

Cette fonction de collecte d'information repose sur la Sensation, donc sur les 5 sens, et est extravertie, donc liée au monde extérieur à l'individu.

En pratique, la sensation extravertie est une fonction qui permet à un individu de collecter les informations que reçoivent ses 5 sens dans le temps présent.

Les personnes à dominante Se profitent en général de l'instant présent (carpe diem) et sont souvent amatrices de sensations fortes, ou plus simplement du vent dans les cheveux, de la sensation du sable chaud sous les pieds ou d'odeurs de bons petits plats en train de mijoter.

 

- Intuition introvertie (Ni) - introverted iNtuition

Cette fonction de collecte d'information repose sur l'iNtuition, donc sur la manipulation d'idées complexes, et est introvertie, donc liée au monde intérieur de l'individu.

En pratique, l'intuition introvertie est une fonction qui permet à un individu de comparer les idées qu'il collecte avec celles qu'il a rencontré dans son passé : il se base donc sur sa connaissance des idées qu'il a vues ou eues et de leurs conséquences pour reconnaitre des schémas et ainsi anticiper l'évolution possible d'une situation donnée.

Les personnes à dominante Ni sont souvent capables de sentir comment va se poursuivre une situation sans même avoir à y réfléchir consciemment. Elles peuvent être vues comme possédant "un sixième sens" (mais ne vivent pas forcément dans un univers ésotérique !). Souvent, elles ne savent pas elles-mêmes expliquer comment ni pourquoi elles savent prédire une situation, mais elles le savent.

 

- Intuition extravertie (Ne) - extraverted iNtuition  

Cette fonction de collecte d'information repose sur l'iNtuition, donc sur la manipulation d'idées complexes, et est extravertie, donc liée au monde extérieur à l'individu.

En pratique, l'intuition extravertie est une fonction qui permet à un individu de générer toujours de nouvelles idées mais aussi de faire des liens entre des idées qui pourraient sembler totalement différentes au premier abord.

Les personnes à dominante Ne sont capables de proposer de nombreuses idées différentes face à une même problème et sont donc souvent vues comme des personnes créatives et pleines d'entrain. Lors d'une discussion entre deux personnes à dominante Ne, il y a de fortes chances que 36 solutions pour éradiquer la faim dans le monde soient évoquées (ou 36 solutions différentes pour tresser la crinière d'un poney...)

 

Fonctions de jugement

- Sentiment introverti (Fi) - introverted Feeling

Cette fonction de jugement repose sur le sentiment (Feeling), donc sur l'impact du choix sur les personnes touchées par ce choix, et est introvertie, donc liée au monde intérieur de l'individu.

En pratique, le sentiment introverti est une fonction qui permet à un individu d'évaluer un choix en fonction de ses valeurs personnelles.

Un individu à dominante Fi va se demander avant chaque choix si les actions qui en découlent sont cohérentes avec la personne qu'il souhaite être.

Attention, un individu à dominante Fi n'est pas fondamentalement égoïste, il est même probable que ses valeurs personnelles soient altruistes et donc que son choix soit bénéfique à un grand nombre de personnes (parfois au détriment de son propre intérêt direct).

 

- Sentiment extraverti (Fe) - extraverted Feeling

Cette fonction de jugement repose sur le sentiment (Feeling), donc sur l'impact du choix sur les personnes touchées par ce choix, et est extravertie, donc liée au monde extérieur à l'individu.

En pratique, le sentiment extraverti est une fonction qui permet à un individu d'évaluer un choix en imaginant ses impacts sur les autres personnes impliquées.

Un individu à dominante Fe a la capacité de comprendre les problèmes que rencontrent les personnes autour de lui, il sait très bien se mettre à leur place. Dans ses choix il favorisera l'harmonie et aura parfois tendance à favoriser le bien-être des autres par rapport sien. Il possède en général une aversion pour le conflit.

 

- Pensée introvertie (Ti) - introverted Thinking

Cette fonction de jugement repose sur la pensée (Thinking), donc sur un raisonnement logique, et est introvertie, donc liée au monde intérieur de l'individu.

En pratique, la pensée introvertie est une fonction qui permet à un individu d'évaluer un choix en cherchant à favoriser la solution la plus logique, la plus élégante.

Une personne à dominante Ti peut paraître froide et insensible car elle ne tient pas forcément compte de l'humain dans ses décisions : pour elle ce facteur n'est pas toujours pertinent dans un choix. (Vous ne comprenez pas ? Demandez-vous s'il vaut-il mieux, à l'approche de l'apocalypse, sauver l'ensemble de l'humanité ou votre famille proche.)

 

- Pensée extravertie (Te) - extraverted Thinking

Cette fonction de jugement repose sur la pensée (Thinking), donc sur un raisonnement logique, et est extravertie, donc liée au monde extérieur à l'individu.

En pratique, la pensée extravertie est une fonction qui permet à un individu d'évaluer un choix en cherchant à favoriser la solution la plus efficace dans son impact sur le monde réel.

Une personne à dominante Te est généralement quelqu'un qui sait décider vite et bien, sur la base de ce qui apportera le plus de bénéfices en pratique. Cela implique que dans certaines situations où aucun choix n'est fait par les personnes en charge, elle prendre elle-même le problème en main pour le résoudre.

 

Et vous ?

J'imagine qu'à la lecture de ces différentes fonctions, certaines vous ont semblé beaucoup plus naturelles/sensées que d'autres. Vous pouvez déjà commencer à deviner quelles sont vos fonctions dominante et auxiliaire. Notez-les quelque part pour vous y référer quand vous en saurez plus sur le MBTI, afin de voir si vous les aviez identifiées correctement du premier coup (spoiler : c'est rare mais peut-être vous connaissez vous déjà bien !).

Il est beaucoup plus difficile d'identifier les fonctions jungiennes chez les autres que chez soi. Les fonctions extraverties sont tournées vers le monde extérieur, elles sont donc identifiables assez aisément par une tierce personne. Cependant les fonctions introverties sont plus personnelles et beaucoup plus rarement évoquées dans les conversations du quotidien. Avec un peu de pratique, et des interlocuteurs consentants, vous pourrez également les identifier. Cela requièrera probablement de poser des questions plus personnelles pour y parvenir.

 

Amusez-vous à observer les personnes autour de vous pour y deviner l'une des 8 fonctions ci-dessus dans leurs actes et leurs paroles.

Bonne chance !

Noun pot of gold 866241